14 juillet 2010

Autisme et autismes; sans passion SVP

J'aborde là un sujet vaste et riche en réflexions et en interrogations, qui soulève des débats et des polémiques parfois. Une question revient souvent; quelle approche et quelle prise en charge pour les personnes autistes et en particulier pour les enfants et adolescents ? La littérature professionnelle est ,depuis la découverte de ce syndrome handicapant, très abondante, les parents auteurs et les témoignages ne manquent pas non plus pour se faire un idée de qu'est-ce que l'autisme ?

Comment alors aider, soigner, éduquer le jeune autiste, dès l'annonce du diagnostique ? Quelles sont  les inquiétudes, et surtout les réponses à apporter pour vivre avec cet autre si différent dans sa façon d'être au monde ? Comment faire se rencontrer positivement le jeune autiste, les familles, les professionnels et la société dans son ensemble ? Les opinions,les convictions personnelles, le discours médical, la science n'ont pas force de vérité, car l'autisme est encore une énigme malgré les avancées et l'évolution du regard que nous portons dessus. Il existe des convergences sur la prise en charge, que celle-ci doit être précoce, que l'autiste à des perceptions particulières, des sensations propres, que tout changement dans sont environnement est perturbant. Altération de la communication verbale (ou/et non verbale), altération de la relation aux autres, comportements stéréotypés font partie du triptyque autistique.

A partir de ses connaissances, et des courants de pensées existant chez les professionnels et les familles il se dégage  deux orientations. Qui souvent se contredisent tout en prétendant chacune apporter un cadre conceptuel à la prise en charge de l'autisme. On trouve dans les institutions une approche orienter par la psychanalyse, très répandue en France, notamment dans le secteur de la psychiatrie infanto-juvénile au sein de l' hôpital public. Et une approche orienter par le béhaviorisme, ou comportementalisme, avec un travail sur la cognition, cette dernière se développe  beaucoup par l'impulsion de parents  réunis en associations, où ils développe des structures et de services sociaux ou médico-sociaux.

L'une, fait référence aux concepts de Freud et de Lacan en s'appuyant sur l'écoute de la parole du sujet, et son analyse. Laisser émerger le désir, accueillir le symptôme, la différence. Traiter par la parole, et la symbolisation ce que le sujet exprime.
L'autre orientation s'appuie elle sur des méthodes aujourd'hui très utilisées dans les pays anglo-saxons, comme TEACCH et ABA. Basées sur les travaux de Lovaas et Schopler entre autres. L'idée est que l'autiste peut apprendre et être éduqué en suivant une méthode intensive avec un programme individualisé à mettre en œuvre sur le long terme.

Même si on trouve encore des personnes qui campent farouchement sur leur positions respectives ,au risque de produire un débat et un travail stérile, les choses ne sont pas si cloisonnées. L'éducation spécialisée à je pense d'ailleurs l'opportunité de se situer en recul de ces débats idéologiques, en tentant  d'induire de la complémentarité, de la coopération, de l'inclusion entre les approches dés lors qu'elles respectent une certaine éthique et vise l'intérêt de la personne l'autiste.

L'éthique est une somme de critères, ou de limites que les professionnels donnent (en principe) à leur pratique au regard des valeurs qu'ils défendent. La loi française donne les grandes lignes pour construire cette éthique; en instituant le respect de la vie privée, de la dignité, de participation à la vie citoyenne,etc.

Ce qui pourrait nous regrouper, professionnels et parents; est que l'éducation prodiguée envers cette population est nécessairement spécialisée ou spécifique. Car les besoins de ces enfants et de ces jeunes, tout comme leur troubles sont singuliers et différents. Nous avons à nous adapter à ce qu'ils sont tout en les aidant , au moyen de l'éducation notamment vivre parmi nous. C'est un travail et une attention de longue haleine, parfois laborieux, fragile,  mais c'est aussi la possibilité de rencontrer l'humain dans toute son humanité. 

Posté par blogeduc à 19:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Autisme et autismes; sans passion SVP

Nouveau commentaire